Un fan club dans les estrades

Et c’est reparti!!!! La saison du hockey mineur est maintenant recommencée.

Autant qu’au printemps dernier je jubilais à l’idée de brûler le sac d’hockey auquel une odeur nauséabonde s’y dégageait; autant que je partage l’excitation de ma vedette de retrouver l’ambiance festive des arénas bondées.

Quelques couches de vêtements juxtaposés. La sacoche qui déborde de collations, de couches et de mouchoirs pour les petits nez mouillés. L’équipement est vérifié. Une partie de Tetris afin de coordonner dans le VUS, cinq enfants, deux parents, deux bâtons et le méga sac d’hockey. Le décompte est commencé pour s’assurer qu’aucun enfant n’ait été oublié…

Tout y est, tout le monde y est. Certains coincés avec un bâton étampé dans le front, d’autres dégoûtés le nez collé sur le sac malodorant. Nous voilà enfin prêt à aller encourager le joueur étoile de notre lignée.

J’ai une relation AMOUR/HAINE avec ce sport.

L’espace d’une saison, les journées de conger de toute la famille se résument à parcourir les villes voisines pour aller se geler le bout du nez. Pas de moment pour relaxer, pas le temps de jouer.

Les invitations à souper sont toujours en « stand by » jusqu’à l’arrivée de l’horaire du mois. Toutes nos activités dépendent entièrement de leur calendrier.

J’ai l’impression d’avoir un trou au fond du porte-feuille à force d’y voir mon argent se volatiliser. Que ce soit pour combler notre traditionnelle envie de goûter les poutines de chaque casse-croûte, aux cafés pour se réchauffer, à la slush pour les gâter ou à la bière pour s’amuser. Également aux factures exorbitantes de restaurants avec toute l’équipe pour se donner l’impression d’avoir un semblant de vie sociale et un peu normale.

Bref la vie de chaque membre de ma famille tourne autour du hockey durant plusieurs mois et parfois je culpabilise un peu pour mes quatre autres enfants spectateurs, qui vivent cette aventure assis de l’autre côté de la baie vitrée.

Mais tout ça n’existe plus lorsque je vois mon garçon le sourire aux lèvres derrière la grille de son casque et ses yeux brillants qui reflètent la patinoire fraîchement lavée.

J’oublie toutes les invitations annulées lorsque je vois mon premier amour creuser avec hargne sa lame de patin dans la glace, afin d’aller chercher SA rondelle dans le coin de la bande.

Les dépenses monétaires n’ont plus aucune importance lorsque j’entend son prénom résonner avec écho, sortant de la bouche de mes enfants et des autres parents. Chaque membre de notre clan familial est heureux d’y être et le démontre en secouant maladroitement la crécelle ou en remplissant de salive les trompettes. Leur yeux s’illuminent, leur corps tremblent d’adrénaline et ils absorbent l’ambiance que cette immense immeuble glacial leur procure.

L’univers du hockey mineur est particulière; elle demande beaucoup d’organisation et de concessions…surtout avec plusieurs enfants à trimballer et qui ont également leur passion respective à ajouter à l’horaire déjà trop chargée.

C’est toujours avec un peu d’angoisse à la gorge et des papillons qui chatouillent mon ventre, que nous embarquons à pieds joints dans cette folle frénésie; en devenant un fan club qui rempli plusieurs sièges dans l’estrade.

Bonne saison à toutes les familles de petits hockeyeurs passionnés!!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s