Quand l’angoisse de la rentrée nous affecte plus que nos enfants

Dernièrement en stories sur les réseaux sociaux je vous dévoilais ma crainte quant aux profs de mes enfants. Là attention, je ne dis pas que ce sont des personnes dangereuses et que j’ai peur pour mes enfants, loin de là! Mais je mentionnais qu’aucun d’entre eux ou presque (3/4) n’avait eu le professeur que je pensais. Après avoir dévoilé mon angoisse sur les réseaux, quelqu’un est venu m’écrire en privé pour me dire que : «C loooooourd!»… mais je pense que j’en avais besoin et tant pis pour elle. Aussi la rentrée s’est passée différemment et ça n’a fait qu’augmenter mon stress: plus aucun jeux pour trouver son professeur. Et surtout: aucun parent avec les enfants.

Élliott en première année, Charlotte en 3e année et William en 4e année

La direction a changé dernièrement à notre école et c’est un peu le premier «move» de la nouvelle direction. Ça m’a ébranlé, comme si j’arrivais dans une école militaire. J’exagère même pas le feeling que j’ai eu. Ça a pris autant de temps qu’avec les jeux, mais à la place c’était du trouble à savoir qui va où et avec qui. L’ancienne méthode était plus accueillante, mais surtout plus fonctionnelle.

Bref, les enfants sont partit dans l’école avec un au revoir rapide, au loin, à leurs parents. À ce jour, j’ai quand même hâte de rencontrer la direction puisque ça arrivera prochainement pour mon plus vieux. Elle m’avait l’air sympathique donc j’ai été étonné et je ne sais pas si c’est maladroit ou calculé. Haha! Bien sûr que je lui laisserai sa chance, j’ai juste hâte de la rencontrer, bien que je sois un peu nerveuse de faire face au commandant. Hahaha!

Après les premières semaines de la rentrée, j’ai finalement rencontré les professeurs de mes enfants (il n’en reste qu’un). Ce que j’avais entendu de leurs professeurs et ce qu’elles sont vraiment…parfois ça se ressemble et parfois c’est complètement l’inverse. Donc, mon fils est maintenant en 4e année. Il a eu le seul professeur masculin de l’école. J’aurais beau vous dire que je n’ai aucun préjugé…je vous mentirais. La raison est qu’une amie a eu une très mauvaise expérience avec un prof masculin et comme mon fils est ultrasensible d’un côté et en méga opposition de l’autre…j’avais peur que ce professeur ne sache comment le prendre (ce qui fonctionne c’est le renforcement positif avec lui). Il a besoin d’être materné, mais c’était probablement pas ça qui arriverait avec ce prof-là! Donc j’avais très hâte d’entendre mon fils nous en parler! Et finalement, non seulement est n’est pas maternant (parternant…?) mais c’est encore mieux je crois. Il fait des blagues, il sait attirer leur attention, et mon fils l’adore! Comme quoi nos attentes n’ont parfois aucun lien! Je n’ai pas encore rencontrer son professeur, mais je suis heureuse qu’il s’occupe de mon fils.

Ensuite, j’ai ma Charlotte qui est entrée en 3e année. J’étais sûre et certaine qu’elle aurait la prof de William de l’année dernière. Elle est tellement douce, tellement intelligente, elle sait comment les saisir! Et bien non! J’ai été vraiment déçu de la voir se diriger vers une madame blonde. Et la première chose que m’a fille m’a dit…c’est que Madame X crie beaucoup, et qu’elle est très sévère. Wow. Ça m’a pas rassuré pentoute! Ma petite et douce Charlotte n’aura pas de problème. Je sais qu’elle écoute bien en classe t’sais. Mais une chance que c’est pas mon William qui y soit! Quelques jours ont passés, et j’ai enfin pu rencontrer sa professeure à la rencontre de parents. Une femme gentille, sympathique et drôle. Elle est ferme, elle sait où elle s’en va. Je crois sincèrement que ça aurait fait des flammèches avec mon plus vieux (TDAH avec opposition)parce qu’il accepte peu d’être dirigé à ce point, ça lui prend du lousse(attention ce n’est pas nécessairement négatif 😉 )…mais avec Charlotte je ne suis pas inquiète du tout! C’est une bonne prof, j’ai confiance que ma fille évoluera vraiment bien dans sa classe!

Ensuite mon petit Élliott qui commence la première année! Les vrais travaux commencent! C’est un p’tit gars bien actif, mais aussi très intelligent. Vous me croirez pas…mais il sait déjà lire depuis la maternelle et connait ses chiffres depuis longtemps jusqu’à 100. Ça me fait capoter, mais m’inquiète aussi. Sera-t-il trop vite et va avoir le temps d’énerver les autres? À suivre. Mais pour sa prof, c’est une dame au cheveux noirs. Encore une fois, je ne sais pas pourquoi, mais je me suis toute suite dit qu’elle serait sévère. Mon amie qui l’a eu l’année d’avant m’a rassuré en me disant que pas du tout, elle est douce et tellement gentille, elle a à coeur la réussite de nos petits! Alors ça m’a rassuré, jusqu’à se que j’ai la rencontre de parent. Là c’est pas compliqué, j’étais convaincu. La rencontre a duré 1h30. Ma plus longue à ce jour! Mais j’ai été émue à plusieurs reprises quand elle nous expliquait que pour elle les enfants étaient sa priorité. Elle les encourage toujours plus à se dépasser et elle encourage beaucoup les petits gestes du quotidien comme l’entraide avec un ami par exemple : «Bravo Élliott c’est vraiment gentil d’avoir aidé ton ami à ramasser ses crayons par terre!» Elle lui ajoute des points sur son application ClassDojo. Bref, j’étais déjà en amour!

Mon petit dernier qui rentrait à l’école, c’est Benjamin. Mon p’tit homme différent, celui pour lequel les défis me font peur en ciboulot. Mais pour qui je reste confiante malgré tout, parce qu’il se débrouille dans toutes les sphères de sa vie. Il a eu la professeure que je voulais, celle que son frère Élliott a eu l’année dernière en maternelle. Je n’étais pas nerveuse, elle avait déjà eu son dossier et était au courant de tout ce que Benjamin avait besoin comme soutien. Benjamin aura une présentation bientôt avec les Amputés de Guerre à son école pour parler de son amputation de naissance à la main gauche. Souhaitons que d’ici là il ait reçu sa(ses) prothèse(s)!

Benjamin, journée de la rentrée pas en même temps que les autres vu la rentrée progressive des élèves de maternelle!

Donc finalement, l’angoisse arrive sournoisement, comme parent on se concentre parfois tellement sur nos enfants, que d’un coup ça nous prend. On se fait des scénarios, on s’impose des défis, des montagnes, et quand on arrive en haut on se rend compte que ce n’était qu’une petite bute. Oups!

Vous comment ça s’est passé les rencontres de parents?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s