Une BD, c’est un livre

Dernièrement j’ai assisté à une conférence offerte par la commission scolaire, donner par les «supers bibliothécaires». J’ai adoré! En résumé, la lecture c’est pour tout le monde et sous toutes ses formes. C’est ce qui m’a donné envie de lire des bandes dessinées. Pas des Tintins ou des Astérix non, plutôt des bandes dessinées qui sort du traditionnel à mon avis. Donc je suis là pour vous parler de celles-ci.

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris

Cette BD a attiré mon oeil il y a quelques années lorsque je travaillais chez Renaud Bray. Les images sont magnifiques, que dis-je SUBLIME. Il utilise des traits de stylo tout au long. J’irais même jusqu’à dire que chacune de ses pages est une oeuvre d’art. Oui oui, j’ai l’air d’exagérer mais pas du tout! L’histoire est aussi très bien construite, on suit bien, quand on est pas déconcentré par la beauté des images. Bref, le seul «hic», c’est la finale. Un peu flou, un genre d’histoire sans fin. Bon pour vous aider à comprendre, voici un court résumé.

Une jeune fille se prend pour un monstre, donc c’est telle qu’elle se voit que nous la voyons. Sa voisine se fait assassiné, et c’est principalement l’intrigue de cette bande dessinée. On rencontre plusieurs personnages, on retourne dans le passé de cette voisine. Frissons, tristesse, et espoir nous accompagne tout le long. Elle n’a pas eu la vie facile et a souvent dû se fondre, se cacher, et passer dans les bas fonds de la ville. Mais la fillette qui raconte son histoire ne savait rien de tout cela, nous le découvrons en même temps qu’elle. Bref, on finit, je crois, par savoir qui l’a tué, mais c’est nébuleux.

Je vous recommande vraiment cette lecture, ne serait-ce que pour voir ces oeuvres. De ce que j’en comprend…l’auteur et illustrateur M. Ferris a perdu l’usage de sa main et ne peut donc se servir d’un stylo. Une grande tristesse parce que c’est magnifique.

S’enfuir, récit d’un otage, par Guy Delisle

Cette bande dessinée a été aussi captivante qu’un roman. Je vous le garanti! Sans surprise…c’est l’histoire d’un otage. Donc n’espérez pas y trouver de l’action, il est enchaîné. Mais c’était captivant! Je vous jure que vous n’aurez jamais attendu autant un bol de bouillon de votre vie. J’avais l’impression de vivre la solitude, l’attente, la faim…tout ça avec lui. Si vous n’êtes pas de grands lecteurs, n’ayez pas peur de l’épaisseur de cette bande dessinée. Peu de texte, mais beaucoup de compréhension. En fait, voilà un court résumé encore une fois.

Sans perdre de temps, l’homme se fait enlever dès le départ. Nous ne savons pas où il va, pourquoi, ni s’il en ressortira. Il ne se fait pas maltraiter physiquement, jamais. Tout est psychologique, et on ne sait que très tard ce que les kidnappeurs veulent. Ils semblent parfois l’ignorer eux-mêmes. Bref, je ne peux pas vraiment en dire plus mis-à-part le fait qu’il changera d’endroit à quelques reprises.

Je vous propose vraiment de lire celui-ci, c’est une histoire vraie. Et quelle histoire…qui raconte un «instant» de la vie de Christophe André.

Les ptits yeux fatigués et remplis de larmes à la suite de cette lecture inusitée.

Bref voilà, tout ça pour dire qu’une bande dessinée, c’est aussi de la lecture. Une revue aussi, et un journal aussi. Et même parfois…les jeux vidéos…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s