Yvan Godbout, ce que je pense de cette histoire au final

Quand la nouvelle est sortie je n’ai pas réfléchie deux secondes sur sa culpabilité. Je l’ai même nommé à deux endroits sur les internets. Sur la publication d’une amie ainsi que sur ma page Facebook Famille Extra-Large. J’ai lu ce livre dernièrement, et j’ai eu envie de brûler ce livre comme je n’ai jamais eu envie de le faire. J’ai détesté l’auteur, et c’était si bien décris que je me suis même demandé s’il était pédophile lui-même. J’ai lu les extraits avec un mal de coeur intense, avec des larmes, et le visage fermé. J’ai des enfants…je ne veux pas avoir ces images en tête, et c’est normal.


Hansel et Gretel, d’Yvan Godbout

Sous mes deux réactions, plusieurs personnes m’ont expliqué leur point de vue. J’ai apprécié avoir ce respect dans leur réponse, ils ont su m’exprimer leurs arguments. Dans les jours qui ont suivis, nous avons vu tout pleins de personnes réagir à la nouvelle: Yvan Godbout, auteur de certains contes interdits (une collection de la maison d’éditions ADA) est formellement accusé de pornographie juvénile. C’est pour un extrait en particulier qu’il a été accusé, mais tant qu’à moi il y en avait 3 assez intense qui m’ont pris des semaines à lire. Alors au final, qu’est-ce que je pense de cette histoire? Est-ce que je suis d’accord avec ces accusations, ou est-ce que j’ai changé d’avis? Parmi les arguments qu’on m’a servis c’est simple: il n’a touché à aucune fillette. Ce sont des personnages fictifs, ça n’existe pas. Je suis d’accord avec ça. On ne peut pas créer de pornographie juvénile sans «acteur». C’est ce qui m’a fait changé de direction dans cette histoire. En fait, j’ai envie d’aller plus loin dans ma réflexion, j’ai envie de dire que l’auteur était tellement doué, qu’il m’a fait vivre ces émotions que j’ai nommé plus haut. N’est-ce pas à ça que sert un auteur? Nous faire vivre parfois des émotions fortes? Dans le livre «Les 3 petits cochons», on a droit a une scène de nécrophilie (faire l’amour à un mort), pourtant dans la vie c’est illégal, non? Un meurtre c’est illégal aussi? Un vol de plusieurs millions de dollars aussi? Un viol aussi? Mais ce sont tous des actions qu’on lit souvent dans des romans. Bref, je comprend enfin le sens des mots libre expression. Si j’ai réagis rapidement au départ c’est que je n’ai pas aimé son livre au final. J’ai vécu des émotions que je ne veux pas revivre. Il écrirait un autre livre dans le même genre que je ne le lirais pas. Mais est-ce que ça veut dire qu’il est coupable de pornographie juvénile? Est-ce que ça veut dire qu’il rend accessible ce genre de sexualité? Non! Il n’en fait pas la promotion, il l’a dénonce. Mais ce genre de chose existe dans la vrai vie et il faut juste ne pas l’oublier. Ce livre m’a juste fait réfléchir au fait que ça peut arriver à n’importe qui, même si c’était une fiction.

Donc je suis prête à le dire haut et fort. JE DÉFEND YVAN GODBOUT. C’est tout. Serons-nous condamné à lire des romans à l’eau de rose pour être sûr de ne pas être accusé à notre tour de DÉTENIR de la pornographie juvénile? C’est aussi un argument qu’on m’a partagé…et je seconde! Vous en pensez quoi vous?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s